Dans le Parisien du 27 septembre

Posté par dominique le 27 septembre 2007

290938330.jpg(LP/PHILIPPE LAVIEILLE.)

Il reconnaît ses erreurs. « Quand tu es attendu, avoue Dominici, qu’on te donne des responsabilités et que tu ne réponds pas aux exigences, tu es le premier détonateur, c’est normal que tu te fasses taper sur les doigts. C’est la vie et le sport de haut niveau. J’ai eu ma chance et ça s’est mal passé. J’accepte et j’assume. Bravo à Vincent et à Cédric. Je ne revendique rien du tout, ce serait un manque d’humilité pour les autres. Simplement, ce qui me gêne, c’est qu’il y a beaucoup de donneurs de leçon, de gens qui oublient vite. Il faut relativiser et remettre les choses dans leur contexte. Je suis passé à côté, mais je ne suis pas devenu nul subitement. La qualité d’un homme ne s’en va pas comme cela. Quand on est déstabilisé, il faut rebondir. Un grand compétiteur, on le voit quand il remonte la pente, pas quand il est en haut de l’affiche et qu’on le brosse dans le sens du poil. »

Il ne se cherche pas d’excuse. Considéré comme le capitaine des lignes arrière, Dominici ne se dédouane pas. Au contraire. « Quand on te donne cette mission, il faut avant tout être bon sur le terrain. Ce n’est ni un statut ni un privilège, c’est une responsabilité. Quand on n’est pas performant, il n’y a rien à dire. Des coups, j’en ai reçu, ce ne sont pas ceux-là qui vont me faire plus mal que d’autres. J’ai l’impression que vous voulez m’enterrer (sic). Je ne suis pas aigri, mais simplement revanchard. On vante les qualités de notre sport et je ne veux pas faire l’enfant gâté. D’autres garçons sont en forme et méritent de jouer. Je ne vois pas pourquoi de par mon nom ou par ma carrière, je le mériterais plus qu’eux. Ce qui compte, c’est la réalité du terrain.

» Il fait le dos rond. Touché, blessé, vexé, tous ces qualificatifs sont bons, mais le champion n’abdique pas. « La vie est faite de hauts et de bas, avoue-t-il avec le sourire. Depuis le début de la compétition, c’est plutôt des bas, mais c’est à la fin qu’on paie les musiciens. Ce n’est pas parce qu’on est moins bien au début qu’on le sera à la fin. Et j’aime les jolies histoires (il se marre). La Coupe du monde est longue. Avec ce qui s’est passé, une hiérarchie s’est peut-être dessinée, mais, en sport, ça va vite. Il y a plein de paramètres. »

Il donne rendez-vous. « Depuis le début de la compétition, je n’ai joué qu’un match et je n’ai pas eu l’occasion d’évacuer cette colère, ces doutes. Je suis déçu de ne pas avoir pu crier tout ça. Si on me donne une seconde chance, à moi de montrer que mes qualités ne sont pas parties. Si je suis dans l’équipe dimanche, je devrai lâcher les chevaux. Je veux effacer ce début catastrophique, je ne veux pas qu’il me suive comme un boulet. A moi de prouver pourquoi j’ai été choisi dans ce groupe. »

Laisser un commentaire

 

Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
ecurie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Gerard Bertrand...
| René OBAME- Tennis and Spor...
| CANYONING SIERRA DE GUARA