• Accueil
  • > Recherche : dominici rugby

Résultats de votre recherche

interview

Posté par dominique le 13 septembre 2008

La reprise de l’entraînement avait cette année un goût particulier pour Christophe Dominici. Devenu entraîneur des arrières du Stade Français, l’ancien international doit s’habituer à son nouveau rôle aux côtés d’Ewen McKenzie. Avec plaisir et ambition.

Christophe Dominici, quelle est votre première impression sur la reprise de l’entraînement ?

Très bonne, même si ça passe très vite. Quand on est joueur, on se languit que ça se termine et quand on est entraîneur, on n’a jamais envie que ça se termine. C’est différent, les rôles changent. A moi de m’y adapter le plus facilement possible.

Avez-vous eu de l’appréhension pour ces premiers jours ?

Il y en a forcément toujours un petit peu. Comme pour les joueurs, c’est une reprise pour moi aussi. Il faut s’adapter, prendre un petit peu de recul. Il y aura certainement un temps d’adaptation mais on va essayer de le faire le plus facilement possible. On sait très bien que c’est compliqué. Aux joueurs d’être intelligents et à moi de l’être aussi. Mais comme on a des joueurs intelligents, je pense que ça devrait aller.

Quel type d’entraîneur souhaitez-vous être ?

Je ne sais pas. Déjà, offrir des solutions aux joueurs, donner une réponse à chacune de leurs questions pour qu’ils se sentent le mieux possible. Que les joueurs soient parfaitement épanouis, qu’ils ne soient pas brimés. Essayer de donner beaucoup de volume au jeu et une parfaite liberté aux joueurs, avec des consignes assez souples mais en même temps avec beaucoup de rigueur entre eux. Et qu’ils soient exemplaires, parce que le rugby est tellement technique aujourd’hui que s’il y a un joueur qui s’oublie, c’est très compliqué de marquer des essais. Le tout dans un parfait état d’esprit. 

« Juste un maillon de la chaîne »

Comment organisez-vous votre travail ?

L’analyse vidéo est importante. Je regarde ce qui a fonctionné les années passées, comment on peut déstabiliser l’adversaire le plus facilement possible. Avec un souci permanent de ligne d’avantage et de libération de balle la plus rapide possible. On va aussi essayer de s’adapter aux nouvelles règles, parce qu’on va moins taper au pied et notamment parce qu’on ne peut plus taper directement en touche à certains endroits du terrain. Si le ballon rentre dans les 22 mètres, on n’a plus le droit de taper directement en touche. Il faut y être, recevoir le ballon, pour pouvoir le faire. On a commencé par travailler les grands axes et ensuite on va bosser sur les spécificités des postes.

Avez-vous des modèles d’entraîneur en tête ?

Je ne sais pas si j’ai des modèles. On essaie de prendre ce qui se fait de mieux chez chacun des entraîneurs qu’on a eu et de laisser le moins bon. J’ai eu tellement de grands entraîneurs qui m’ont permis de gagner des titres et d’avoir une belle carrière. L’entraîneur, il est juste un maillon de la chaîne, il est rien sans les joueurs. Ce sont eux qui sont déterminants. A nous d’essayer de les mettre dans les meilleures dispositions mentales, pour qu’ils fassent de bons matchs.

Qu’allez-vous prendre de ces grands entraîneurs ?

Je le garde pour moi ! J’ai essayé de faire un amalgame de tout ce que j’avais connu de bon dans ma carrière, de laisser le négatif de côté même si ce n’est pas facile. Et je le répète, essayer d’apporter beaucoup de choses aux joueurs pour qu’ils se sentent bien, pour que l’équipe gagne. C’est ça le plus important.

« Aller tutoyer les meilleurs »

Avez-vous tourné la page ou est-ce que ça vous démange encore quand vous voyez le ballon ?

Je pense qu’il faut savoir tourner la page. A 36 ans, faire du rugby de haut niveau, c’est compliqué. C’est le corps qui dit stop ou l’envie tout simplement. A un moment donné, il faut savoir faire la part des choses. Maintenant, est-ce que ça me manquera ? Certainement. J’essaye de m’y adapter le plus vite possible. Je veux apporter toute mon expérience en tant que joueur et m’en détacher pour être un entraîneur convaincant. Parce qu’un entraîneur, il faut qu’il soit entraînant et convaincant pour ses hommes. Je vais essayer de l’être, notamment pour les arrières.

Etes-vous content du recrutement ? Est-il bouclé ?

Il faut demander aux personnes concernées. Le président a beaucoup travaillé, il est en vacances. Je pense qu’on peut engager deux joueurs supplémentaires, hors mutations. Aujourd’hui, ce n’est pas une priorité, peut-être que ça le deviendra. Il faut voir avec le président. L’effectif, malgré les blessés et l’absence des Argentins, devrait être très intéressant et très homogène.

Quels sont les objectifs du Stade Français cette année ?

Ne pas perdre un match, même pas au touché ! Non, l’objectif c’est bien sûr de reconquérir les titres, qu’ils soient européen ou national. Le Stade Toulousain a démontré son caractère l’année dernière, à nous de montrer le nôtre. Ils n’avaient rien gagné puis ils ont fait une finale européenne et ils ont été champions de France. A nous de faire aussi bien qu’eux, sinon mieux. Aller tutoyer les meilleurs.

Publié dans presse | 4 Commentaires »

nouveau role

Posté par dominique le 23 juillet 2008

Tout frais retraité des terrains, Christophe Dominici ne s’éloignera pas du rugby. Comme attendu, l’ancien ailier international du Stade Français intègre en tant qu’entraîneur-adjoint en charge des lignes arrières le staff du club parisien au côté du successeur de Fabien Galthié, l’Australien Ewen McKenzie, et de Fabrice Landreau confirmé à la tête des lignes avants stadistes.
McKenzie bien encadré
L’Australien sera donc encadré par les « historiques » ; car Dominici comme Landreau, de trois ans plus vieux, sont de la même génération et l’un comme l’autre des cautions importantes et les garants de l’héritage parisien. Et Galthié lui-même, à l’heure d’annoncer son départ, avait évoqué cette perspective de voir l’un des cadres prendre ses responsabilités au sein du staff. Quand Sylvain Marconnet, qui a prolongé son bail de deux ans et sera cette saison l’un des derniers grands anciens encore en activité, il avouait être « à 200 % pour Domi ». Un McKenzie qui, en bonne intelligence, aura sans doute compris qu’il lui faudrait savoir composer avec l’état d’esprit si particulier qui anime ce club.

Dominici, lui, dès la déroute du Stadium en juin dernier, n’avait pas caché ses ambitions pour son club de toujours: « Le Stade Français est à un tournant. Toutes les grandes écuries aujourd’hui sont en train de s’armer sur le terrain et en dehors. (…) A un moment donné, si on a su conserver nos meilleurs joueurs, il faut intégrer de la concurrence, il faut un groupe élargi, étoffé. Il faut 35 joueurs de très haut niveau. Il faut aller chercher des joueurs qui nous tirent vers le haut. Kelleher a tiré Toulouse vers le haut comme Nalaga l’a fait à Clermont. On va tout faire pour trouver les perles rares. » A une semaine de la reprise de l’entraînement, fixée au 28 juillet, et alors que le marché des transferts s’est refermé la semaine dernière, le recrutement parisien n’a pas franchement exaucé les voeux du nouvel entraîneur stadiste. Avec six recrues devant pour seulement trois nouvelles arrivées au sein des lignes arrières, dont tout de même la star australienne du jeu à XIII, Mark Gasnier, Dominici attendait peut-être autre chose…

source http://sports.linternaute.com/

Publié dans Stade Francais | Pas de Commentaires »

Christophe dans le parisien

Posté par dominique le 1 juin 2008

Grâce à sa victoire bonifiée (44-15) contre Castres, le Stade Français a son ticket pour les demi-finales du Top 14 de rugby.

Le Stade Français a fait coup double: en remportant un succès bonifié (44-15) contre Castres, il a rassuré son public pour son dernier match de la saison à Jean-Bouin et obtenu définitivement son billet pour les demi-finales du Top 14, samedi lors de la 24e journée.

Les Parisiens disposeront d’un entraînement de choix, samedi prochain au Stade de France lors de la réception de Biarritz, pour pouvoir se préparer à défendre leur titre. Castres, en revanche, a cédé tout espoir de compléter le dernier carré.
Echaudés par deux défaites consécutives à Brive (3-11) et à Auch (6-9), les spectateurs du Stade Français furent tôt rassurés par un essai de Julien Saubade, servi instantanément par Beauxis (7-0, 12).

Un tour d’honneur pour les adieux de David Skrela

L’ouvreur ajoutait neuf points sur pénalité avant la pause pour permettre aux siens de rester hors de portée des Castrais. Ceux-ci se reposaient essentiellement sur la précision de métronome de leur arrière Romain Teulet, qui réussissait quatre pénalités, dont deux de plus de cinquante mètres (16-12).

En seconde période, les Parisiens s’installèrent définitivement dans le camp tarnais et firent parler la poudre à trois reprises: par le 2e ligne Boela Du Plooy, à peine entré en jeu, puis par Mirco Bergamasco, bien servi par Skrela qui effectuait son retour après deux mois d’absence sur blessure.

Du Plooy ajoutait cinq nouveaux points pour parachever le succès des Parisiens, qui pouvaient dès lors entamer un tour d’honneur pour les adieux de David Skrela, qui jouera à Toulouse la saison prochaine, de Christophe Dominici, qui arrête sa carrière de joueur, et de l’entraîneur Fabien Galthié

Publié dans presse | Pas de Commentaires »

Christophe Dominici

Posté par dominique le 16 mai 2008

Christophe Dominici, est né le 20 mai 1972 à Toulon dans le Var   Il a joué en équipe de France de 1998 à 2007 au poste d’arrière et évolue au poste d’ailier au sein de l’effectif du Stade français Paris Après avoir commencé par le football, il choisit le rugby. Il jouera d’abord demi d’ouverture puis trois-quarts centre, avant de se positionner à l’aile.

stadefrancaisdominici1012.jpg                                  2351344901680christopheh190549l.jpg  

 2351324805855dominicih170459l.jpg    23515229717483dominicistriptease1h201315l.jpg

Publié dans commentaires | 5 Commentaires »

Christophe Dominici : il veut finir en beauté

Posté par dominique le 18 avril 2008

rugbyfan17.jpg

c’est une saison noire pour Christophe Dominici Aprés une saison décevante pour les bleus, le stade Français s’est fait sortir de la coupe d’Europe Reste le top 14….

la suite dans Rugby fan N° 17  avec un poster de Christophe

 

Publié dans presse | Pas de Commentaires »

Journée rugby à l’hippodrome Paris-Vincennes

Posté par dominique le 16 février 2008

Le 17 février sera placé sous le signe du rugby à l’hippodrome Paris-Vincennes en clôture de la saison hippique. Le Cheval Français a invité les joueurs du Stade Français. Neuf courses se courront, dont le « Grand Prix Stade Français », et une à laquelle participeront les joueurs du club du Top 14.

Publié dans Stade Francais | Pas de Commentaires »

Harlequins 10 – 31 Paris

Posté par dominique le 20 janvier 2008

 Coupe d’Europe de rugby: Toulouse et Perpignan qualifiés pour les quarts

Malgré sa victoire chez les Harlequins (17-31), le Stade Français est éliminé de la Coupe d’Europe, Cardiff ayant gagné à Bristol (0-17).

la victoire de Cardiff à Bristol condamne les Stadistes qui ne rejoindront pas Toulouse ni Perpignan en quarts de finale de la H Cup

Clermont a bouclé le son premier tour de Coupe d’Europe en pulverisant Llanelli (0-41) au pays de Galles, au terme d’un véritable festival offensif. Mais l’ASM est éliminé :Bourgoin perd face aux Ospreys (21-28) dimanche lors de la dernière journée, les Ospreys ont assuré leur qualification pour les quarts de finale. Leur victoire condamne malheureusement Clermont. Perpignan a assuré sa place dans le Top 8 de la Coupe d’Europe.Vainqueur à Newport (0-25) lors de la dernière journée, Perpignan a obtenu son billet pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe.Sur sa pelouse, Toulouse a été sans pitié pour les Ecossais d’Edimbourg (34-10), ce qui lui permet de conserver la première place qualificative du groupe 6.

 clermont1.jpg   Loic Jacquet

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

A un moment donné, il faut savoir tourner la page

Posté par dominique le 6 janvier 2008

mg4287.jpg       mg7293.jpg 

En disputant trois Coupes du monde, j’ai eu beaucoup de chance. J’avais dit que selon comment se passerait la Coupe du monde, je verrais si j’arrête ou pas (le rugby, ndlr). On aurait été champions du monde, j’aurais certainement arrêté ma carrière. On ne l’a pas été, ça ne s’est pas très bien passé… voilà. Je veux aussi apporter à mon club. Si le club était en bonne santé, peut-être que j’aurais arrêté. Aujourd’hui, il ne va pas super bien, j’ai encore des qualités, j’ai encore faim, j’ai encore envie… J’ai toujours envie de m’entraîner, de me dépasser et de gagner. Je ne vois pas pourquoi je n’honorerais pas ce qui me reste de contrat.
J’ai toujours fonctionné avec des objectifs. Il me fallait en retrouver, il fallait savoir pourquoi rejouer. L’équipe de France, c’est terminé. Ca a été une grosse partie de ma vie. J’ai eu la chance de faire beaucoup de finales avec le Stade Français, de les gagner pratiquement tout, à part une compétition (la Coupe d’Europe, ndlr). Je pense que c’est un bon challenge pour nous, les plus anciens, d’encadrer cette nouvelle génération (du Stade Français), d’essayer de lui apporter notre expérience et notre état d’esprit, parce que ce sont eux qui reprendront le flambeau.» (AFP)

 

Publié dans equipe de france | 5 Commentaires »

les joueurs du stade Français

Posté par dominique le 13 novembre 2007

sucre.jpg

histoire de rire  pour les collectionneurs des sucres à l’éfligie de nos rugbymans préférés

 

voir le site www.sugarmania.fr

ou celui ci annie-glycophile.com

Publié dans Stade Francais | 7 Commentaires »

Christophe Dominici, une vie chahutée

Posté par dominique le 11 novembre 2007

31 octobre 1999. Cet après-midi là, Français et All Blacks s’affrontent pour une place en finale de la Coupe du monde. Le duel s’annonce déséquilibré. La presse internationale promet même l’enfer aux Tricolores. Le pronostic est vite démenti. Au terme d’un match héroïque, la France entre dans l’histoire. Les Bleus surclassent les colosses Blacks 43 à 31. Le collectif français est acclamé, mais un homme est mis en avant. Titularisé à l’aile du XV tricolore, Christophe Dominici éclabousse la rencontre, en attaque comme en défense. Le lendemain, le quotidien L’Equipe juge sa performance « phénoménale ». Il reçoit la note de 9 sur 10 et tout le monde se l’arrache.

Très vite, il devient l’idole des jeunes et la cible numéro un des médias. D’une semaine à l’autre, « Domi » apparaît en guest star chez Estelle Hallyday sur TF1, devient membre du jury à l’élection de Miss France, pose pour Playboy et Paris Match, remet un trophée aux NRJ Music Awards et se fait même photographier en compagnie de Cher à l’Olympia. « Je ne pensais pas que ça aurait autant d’impact, sourit Christophe Dominici. Nous, les rugbymen, nous ne somme pas éduqués pour ça. Un footeux, dès l’âge de quinze ans, il maîtrise son environnement, il est préparé à cette exposition. Moi, les caméras, ce n’est pas une partie de ma vie, juste un supplément qu’il faut savourer. Cela dit, quand tu te lèves, le lendemain matin, tu trouves ça un peu pesant psychologiquement. »

pour lire la suite

Publié dans commentaires | 7 Commentaires »

123
 

Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
ecurie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Gerard Bertrand...
| René OBAME- Tennis and Spor...
| CANYONING SIERRA DE GUARA